FAIRE PEUR : C'EST COMME FAIRE AVOIR ?



C'est du genre "est pris qui croyait prendre"

ou "dis-moi de quoi t'a peur et je te dirai qui tu es".

Car ce qui fait peur ici, ne fait pas forcément peur ailleurs.


Un peu de politique, ça peut pas faire de mal...


Vous vous voyez dans lequel de ces rôles ?

  • le loup

  • le mouton

  • le berger

et on a juste oublié celui qui mange le mouton et qui a bonne conscience car il l'a acheté au gentil producteur dont c'est le métier d'élever les moutons pour les tuer et les vendre.


Et là, ça va ; mais imaginez si en plus il s'était agit d'un agneau ! on avait en plus la cause des bébés animaux ; oui c'est plus attendrissant que "des petits des animaux"...


Bref, méfie-toi de l'eau qui dort !


Cette image est apparue en pleine crise du Covid-19, mais si ça se trouve, elle est sur les réseaux sociaux depuis belles lurettes.

Mais je veux bien m'attarder sur le sujet dans ces circonstances.


C'est quoi l'idée ?

  • à qui tu fais confiance ?

  • le gouvernement profiterait-il de ses pouvoirs ?

  • est-ce qu'on aurait pas un peu goûté à la loi martiale l'air de rien ?

  • la santé est-elle la valeur numéro 1 ?

  • et d'abord, la santé est-elle une valeur ?

  • peut-on paralyser le monde entier au nom de la santé ?

  • c'est quoi la santé ?

  • 22 000 maladies répertoriées, au bas mot, et 1 santé !!!

  • ma santé est-elle la même que la tienne ?

  • est-ce qu'on est tous obligés de privilégier notre santé ?

  • au quotidien, tu privilégies ta santé ?

  • tu préfères travailler sans respecter tes limites ?

  • tu fais du sport ?

  • tu ne picoles jamais ?

  • tu ne fumes pas, au moins ?

  • tu roules trop vite ?

  • dors-tu assez ?

  • sérieusement, tu privilégies ta santé, j'espère ?

  • serais-tu un loup pour toi-même ? non !

  • tu le connais ton loup ?

  • tu l'aimes ton loup ?

  • tu l'entretiens au quotidien !

  • t'as peur de rien ?

  • mais tu portes un masque au moins ?

  • qu'attends-tu d'un gouvernement ?

  • y as-tu déjà sérieusement réfléchi ?

  • c'est qui ton berger ?

  • bon j'arrête...

Moi je sais qui est mon berger : la vie.

Je vais mourir... comme toi, de ce que je suis vivante !

c'est pas de moi mais c'est juste la vérité.


Topette, comme on dit en Anjou


Sophie David-Auvray


Ci-dessous, de quoi réviser la différence entre une valeur et une vertu... selon des principes bien définis ; les partages-tu ?

On  ne parle plus guère des vertus de nos jours. Auraient-elles été  supplantées par les valeurs  ? Pourquoi ne pas les pratiquer  ? Éloge de  la vertu et des vertueux.
 
Sophie de Villeneuve : Qu’est-ce qu’une vertu ? Quelle est la  différence entre une vertu et une valeur, un mot que l’on emploie  beaucoup aujourd’hui ? On parle des vertus cardinales, identifiées par  les philosophes grecs et reprises par le christianisme : la force, la  prudence, la tempérance et la justice. Qu’est-ce qui fait la différence  entre ces vertus et des valeurs ?

Jacqueline Kelen : Tout le monde aujourd’hui, politiciens ou  citoyens, à titre particulier ou plus largement, évoque des valeurs : «  J’ai des valeurs », « Ce ne sont pas mes valeurs », sans jamais prendre  la peine de préciser de quoi il s’agit. Sans doute, en France du moins,  on entend probablement par là la solidarité, la démocratie, les droits  de l’homme, le respect de la planète… Des valeurs sociales et collectives, qui envoient aux oubliettes le beau terme de vertu, qui n’est pas lié à la sphère religieuse, mais qui vient de la philosophie. Dès le Ve  siècle avant J.-C., les philosophes grecs les ont célébrées, les ont  pratiquées, en dehors de tout sentiment religieux. Les valeurs, elles,  sont collectives, et surtout elles évoluent, elles fluctuent, elles  changent sans cesse. Les droits de l’homme ne sont pas aujourd’hui une  valeur universelle. Les valeurs évoluent et sont liées à notre monde  terrestre, temporel.
 Voir aussi sur croire.com
 
Qu’est-ce que la vertu de « prudence » ?
Que sont les vertus cardinales  ?
 

Les valeurs sont-elles des convictions ?
J. K. : Oui, bien que l’on ne parle même plus de valeurs « morales  », un mot lui aussi passé à la trappe. On ne parle que d’éthique, car  on ne parle qu’à hauteur d’homme, l’homme étant « la mesure de toute  chose », comme disait le sophiste Protagoras. Les vertus, elles, sont  immuables. Tout le monde et de tout temps peut pratiquer la justice, la  tempérance, la persévérance, la bonté, etc.

Les vertus sont donc quelque chose que l’on pratique, au contraire des valeurs…
J. K. : Les valeurs rassemblent une société, un peuple, tandis que la  vertu est éminemment personnelle. De plus, je ne reçois pas la vertu au  berceau, je la découvre, je la développe, je la pratique, elle demande  une ascèse, un effort, une discipline… Les vertus demandent que l’on  s’évertue !

Pourquoi parle-t-on des vertus morales ?
J. K. : Le mot vient du latin « vir » qui désigne la  puissance masculine. La vertu désigne la puissance et l’excellence de  l’être humain. Elle se décline en plusieurs vertus, mais la vertu au  singulier manifeste la grandeur et la dignité de l’être humain, ce qui  est éminemment moral. On parle beaucoup de la dignité de l’être humain,  mais sur quoi repose cette dignité ?

Quand on parle de vertu, le courage par exemple, cela nous est-il donné ? Peut-on le développer ?
J. K. : Tout doit être développé !

N’y a-t-il pas des natures, des personnalités, plus courageuses que d’autres ?
J. K. : Bien sûr, il y a le tempérament, l’environnement familial et  l’éducation. Nous sommes tous en puissance courageux, ou vertueux, mais  pour développer ce potentiel, il faut de l’instruction, du travail, des  modèles aussi. Il faut corriger ses défauts et ses faiblesses, mais  malheureusement on entend « corriger » comme s’il s’agissait d’un  châtiment. Se corriger, ce n’est pas se punir, c’est se perfectionner.

Les quatre vertus cardinales sont la force, la prudence, la tempérance et la justice… Sont-elles toutes aussi importantes ?
J. K. : Elles sont inséparables. Je les donne dans cet ordre-là,  parce qu’il m’a semblé qu’il y avait une progression. Il faut pour  commencer dans la vie avoir les ressources de la force, le courage, la  volonté, la patience, la résistance et la détermination qui  caractérisent la force.

La force et le courage, est-ce la même chose ?
J. K. : Oui. On comprend souvent très mal la notion de force, qui  n’est en rien de la brutalité ou de la violence. La force est ce qui  permet de résister à la brutalité et au conflit, c’est la fermeté d’âme.

La force, la résistance, la patience, la détermination… Ce ne sont pas des valeurs ?
J. K. : Non, sauf à dire qu’elles sont des valeurs morales. Mais  pourquoi alors ne pas employer le mot vertu ? On parle de valeurs  financières, immobilières… Il y a des valeurs dans tous les domaines.  Rendons à César ce qui est à César et à la vertu ce que lui doit toute  la tradition occidentale, depuis les philosophes grecs.
(...)

                                             Jacqueline Kelen, auteur du  Jardin des vertus, Salvator. 
Propos recueillis par Sophie de Villeneuve  
dans l’émission Mille questions à la foi sur Radio Notre-Dame.                                         



30 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

© 2023 by Sophie Reynouard. Proudly created with Wix.com

CONTACTEZ-NOUS

Sophie REYNOUARD DAVID-AUVRAY

06 30 79 29 80

Christophe VANDAMME

06 13 11 28 94

CABINET

298 rue d'Argenton

Doué la Fontaine

49700 DOUÉ EN ANJOU

PAYS DE LA LOIRE

lecartablesurlezinc@gmail.com

christophevandamme@neuf.fr